Lexique H

 

Hallucinogène : Substance à l’origine d’hallucinations, phénomène pathologique
qui résulte d’une désorganisation psychique, accompagnée d’une perception sans
objet. La conduite hallucinatoire est caractérisée par une pseudo-perception, laquelle
est prise comme une réalité visuelle, auditive ou tactile. Le stupéfiant hallucinogène
le plus connu est le LSD.

Hématites : Globules rouges, cellules sanguines contenant l’hémoglobine.

Hémochromatose : Affection caractérisée par une surcharge en fer, en
particulier au niveau du foie. Les hémochromatoses héréditaires sont liées à une
perturbation du métabolisme du fer. Les hémochromatoses secondaires sont
également liées à une surcharge en fer (cirrhoses, hémopathies, transfusions
sanguines répétées).

Hémogramme : Examen du sang consistant à compter globules les rouges, les
globules blancs et les plaquettes, ainsi que le taux d’hémoglobine et les différentes
variétés de globules blancs : polynucléaires, lymphocytes et monocytes.

Hémoglobine : Protéine de couleur rouge, présente dans les globules rouges,
dont la fonction principale est de transporter l’oxygène vers les tissus.

Hémopathie : Terme désignant les maladies du sang ou des organes
hématopoïétiques (où a lieu la formation des cellules sanguines, principalement la
moelle osseuse, les ganglions lymphatiques et la rate). Selon les éléments atteints
(plaquettes par exemple avec thrombocytopénie), des troubles de la coagulation
peuvent survenir.

Hémostase : Ensemble des phénomènes physiologiques permettant l’arrêt d’un
saignement ou d’une hémorragie. Il y a normalement un équilibre harmonieux entre
la coagulation (formation du caillot) et la fibrinolyse (destruction du caillot).

Hémophilie : L’hémophilie est une maladie sanguine héréditaire caractérisée par
de graves hémorragies due à un déficit en facteurs de coagulation essentiels dans le
sang.

Hémorragie : Effusion de sang plus ou moins abondante hors des vaisseaux
sanguins (artères, veines, capillaires), quel que soit l’organe atteint.

Hépatite : Du grec hepatos : foie. Nom générique donné aux affections
inflammatoires du foie. Terme employé pour désigner toutes les atteintes du tissu
cellulaire hépatique, qu’elles soient de nature infectieuse, toxique, médicamenteuse
ou immunologique.
On connaît actuellement 6 principaux VIRUS d’hépatites. Ce sont principalement le
VHA pour l’hépatite A, la plupart du temps à évolution bénigne, le VHB pour
l’hépatite B, dont 10 % des cas évoluent vers la cirrhose et parfois un cancer, le
VHC pour l’hépatite C, dont 80 % des cas évoluent vers des formes chroniques
(cirrhose et cancer), le VHD pour l’hépatite D ou D (n’existe qu’en cas d’hépatite B),2
extrêmement grave. Restent le VHE pour l’hépatite E, peu répandue, mais grave
chez la femme enceinte, et le VHG pour l’hépatite G, de découverte récente et
apparemment bénigne.
L’infection à VIH, aux différents stades de la maladie, peut aussi en être
responsable d’une telle affection, comme les hépatites virales ou les hépatopathies
alcooliques.

Hépatite aiguë : Généralement, une hépatite aiguë disparaît au bout de quelques
semaines (même s’il faut parfois plusieurs mois pour s’en remettre). Elle peut
cependant prendre une forme prolongée (3 ou 4 mois) ou être marquée par une
rechute alors que la guérison paraît complète. L’hépatite aiguë accompagnée d’une
élévation rapide et importante des transaminases, de la bilirubine, avec une fatigue
importante, nécessite une prise en charge immédiate.

Hépatite chronique : On parle d’hépatite chronique lorsque les transaminases
restent élevées plus de 6 mois après une hépatite aiguë.

Hépatite chronique active : On parle d’hépatite chronique active si une
réplication virale persiste et que des lésions du foie apparaissent lors d’une biopsie.
L’activité de l’hépatite chronique peut être nulle, minime, modérée ou forte. (Echelle
Métavir : AO, A1, A2, A3, A voulant dire activité).

Hépatite chronique persistante : Terme encore employé pour désigner les
hépatites chroniques d’activité minime, où l’inflammation est limitée aux espaces
portes et la destruction des cellules hépatiques est faible.

Hépatite fulminante : Une hépatite aiguë est dite fulminante lorsqu’elle entraîne
un arrêt total ou quasi total du fonctionnement du foie qui, s’il se prolonge, est mortel.
Hépatite post-transfusionnelle : Hépatite contractée à l’occasion d’une
transfusion sanguine, l’augmentation des transaminases survenant entre deux et
vingt-six semaines après la transfusion.

Hépatocarcinome : C’est le cancer du foie.

Hépatocyte : Cellule du foie, qui en assure les principales fonctions (production de
bile, métabolisme, etc…).

Hépatopathie médicamenteuse : Il s’agit d’une pathologie accompagnée
d’anomalies des tests biologiques hépatiques, en particulier les transaminases,
souvent liée à la prise de médicaments hépatotoxiques, comme par exemple certains
antirétroviraux.

Hépatomégalie : Augmentation du volume du foie.

Hepsera® : voir à Adéfovir.

Héroïne : Chlorhydrate de diacéthylmorphine. C’est un dérivé semi-synthétique de
l’opium, ayant des propriétés analgésiques et euphorisantes. Elle n’est plus utilisée
en thérapeutique en raison de risques importants de toxicomanie.3

Herpès : Groupe de virus comprenant les Virus Herpès Simplex 1 (HSV-1),
Herpès Simplex 2 (HSV-2), le cytomégalovirus (CMV), le virus d’Epstein-Barr (EBV),
le virus du zona et de la varicelle (VZV), le virus responsable de l’herpès labial
(HHV-1 pour Herpes Human virus génotype 1), de l’herpès sexuel (HHV-2), de la
maladie de Kaposi (HHV-8).
Le cytomégalovirus ou CMV peut se transmettre par les rapports sexuels et
pendant une grossesse de la mère à l’enfant. Chez les malades immunodéprimés, il
peut provoquer une RÉTINITE (avec un décollement de la rétine) et conduire à la
cécité. Il est aussi la cause de diarrhées, de douleurs d’estomac, de toux et de
troubles nerveux.
Le virus d’Epstein-Barr ou EBV est responsable de la mononucléose infectieuse. Il
serait associé à certains lymphomes.
Le virus du zona et de la varicelle ou VZVse traduit par une éruption cutanée
(vésicules) au niveau du trajet d’un ou de plusieurs nerfs sensitifs.
Le virus de Kaposi, anciennement sarcome de Kaposi provoque des taches ou des
nodules pourpres sur la peau. Chez les personnes fortement immunodéprimées, il
peut apparaître des localisations aux poumons et au niveau des intestins. La maladie
de Kaposi est considérée comme une infection opportuniste, puisqu’elle régresse
avec la restauration de l’immunité.

Histologie : Etude des tissus organiques.

Homéostasie : Signifie exactement « stabilisation des différentes constantes
physiologiques ».
L’homéostasie, c’est le maintien, à un niveau constant, par les organismes vivants,
de leurs caractéristiques internes : température, débit sanguin, pression artérielle,
pH, volumes liquidiens, composition du milieu intérieur, fonctions immunitaires, etc.
Hormone : Substance ayant une action spécifique d’activation ou de régulation.
Elle est produite par une glande et déversée directement dans le sang afin qu’elle
soit transportée vers l’organe cible ou le tissu où elle agira. Il existe plusieurs sortes
d’hormones : les hormones stéroïdes (venant des glandes génitales et des glandes
surrénales), thyroïdiennes, pancréatiques, etc. Les adipocytes sont aussi sécréteurs
d’hormones.

HPV : (Human Papilloma Virus). Voir à Papillomavirus.

Hyperglycémie : Augmentation de la quantité de glucose contenue dans le sang.

Hypersensibilité : Le syndrome d’hypersensibilité aux médicaments peut être
observé particulièrement chez les séropositifs. Il n’atteint pas que la peau. Lui sont
associées fréquemment des lésions viscérales, ainsi que des atteintes hépatiques,
rénales et respiratoires. Parmi les manifestations cutanées, on trouve le simple rash
(éruption cutanée passagère), les syndromes de Stevens Johnson (érythème grave
étendu à toutes les parties du corps) et de Lyell (forme foudroyante d’allergie
médicamenteuse cutanée, souvent mortelle).

Hypertension portale : Augmentation de la pression dans la veine porte qui
irrigue le foie, en raison d’un obstacle provoquant un accroissement de la résistance
vasculaire. Les nodules de régénération d’une cirrhose peuvent constituer un tel
obstacle.4

Hypocondre : Chacune des parties latérales de la région supérieure de
l’abdomen.

Hypoglycémie : Diminution de la quantité de glucose contenue dans le sang.
L’hypoglycémie peut survenir en cas d’insuffisance hépatocellulaire grave.

Hypolipémiant : Qui diminue la teneur en lipides du sang.

 

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z