Lexique I

 

Ictère : Coloration jaune de la peau et des muqueuses à cause de l’excès de
bilirubine dans le sang. Cette substance de couleur jaune est normalement éliminée
par la bile. L’origine d’un ictère peut être infectieuse, toxique, cancéreuse, ou liée à
une obstruction des voies biliaires. L’intensité de l’ictère est proportionnelle au taux
de bilirubine dans le sang. Entre 25 et 50 micromoles (umol) par litre, on parle de
subictère. L’ictère est franc au-dessus de 50 micromoles.

IM : (Intra-Musculaire)
Se dit d’une injection faite dans un muscle, souvent le muscle fessier.

IMC : Voir à Indice de masse corporelle.

Immunité : Ensemble des facteurs humoraux et cellulaires qui protègent
l’organisme contre une agression infectieuse (microbienne ou virale). L’immunité
peut être naturelle ou acquise. Lorsqu’elle est acquise, elle peut être active, à la suite
soit d’une infection soit d’une vaccination, ou passive, grâce à la présence
d’immunoglobulines provenant d’un sujet déjà immunisé.

Immunodéficience : Diminution et parfois disparition des défenses immunitaires
de l’organisme. L’infection à VIH aboutit à un état d’immunodéficience.
Immunodépresseur ou immunosuppresseur : Qui diminue ou supprime
les réactions immunologiques de l’organisme. La ciclosporine est un
immunodépresseur.

Immunomodulateur : Se dit de toute substance capable soit d’augmenter
(immunostimulant), soit de diminuer (immunosuppresseur) la réponse immunitaire
de l’organisme.

Immunosuppresseur : Se dit de toute substance diminuant ou supprimant la
réponse immunitaire de l’organisme.
Ces produits (tels que la ciclosporine, les corticoïdes, les radiations ionisantes) sont
utilisés, pour éviter le rejet des organes transplantés ou dans certaines maladies où
l’activité immunitaire est supposée excessive (psoriasis). Ils inhibent la formation
des lymphocytes cytotoxiques responsables du rejet d’un greffon (hépatique
ou rénal).

Immunoglobuline : Protéine sanguine agissant comme anticorps. Il existe cinq
classes d’immunoglobulines : mu (m), delta (d), gamma (g), epsilon (e) et alpha (a) ;
Des immunoglobulines de classes différentes peuvent être dirigées contre le même
antigène, leur action étant complémentaire.

Immunothérapie : Méthode thérapeutique qui consiste à moduler artificiellement
le système immunitaire d’un organisme défaillant.

Impasse thérapeutique : Situation d’un malade n’ayant plus d’alternative dans
le traitement de son infection. La personne ne supporte plus les traitements existants2
en raison d’une intolérance, ou ceux-ci ne sont plus actifs sur la maladie en raison de
l’apparition de résistances.

Implant : Élément introduit dans l’organisme pour une longue période, dans le but
de remplacer un organe, de suppléer à une fonction ou de traiter une maladie.
Exemple : l’implant contraceptif tel que stérilet.

Incidence : Nombre de nouveaux cas d’une maladie (ou de personnes malades)
pendant une période donnée et pour une population donnée.
Voir aussi à Prévalence.

Inclusion : Signifie admission dans un essai thérapeutique. Le début des
inclusions correspond à la date de la participation effective du premier participant
dans l’essai. Les critères d’inclusion sont ceux qui définissent à quelles personnes
s’adresse un essai en termes d’âge, de charge virales, d’un traitement antérieur ou
non, etc.

Incubation : Temps qui s’écoule entre la contamination et l’apparition des
premiers symptômes.

Indétectabilité : Terme définissant le seuil à partir duquel on ne détecte plus dans
un milieu donné une substance, un germe ou un virus. Les techniques permettant
de quantifier, par exemple, la charge virale VHC dans le sang, ont un seuil de 10 ou
50 copies/ml de sang suivant le test utilisé. En dessous de ce seuil, le VIRUS est dit
indétectable, mais il reste présent.

Indice de Masse Corporelle : IMC
C’est le rapport du poids, exprimé en kilogrammes (kg), sur la taille, exprimée en
mètres carrés (m2). Les valeurs normales se situent entre 19 et 24 chez la femme, et
20 et 25 chez l’homme. Un IMC entre 25 et 30 correspond à une surcharge
pondérale. Au-delà de 30, on parle d’obésité.

Infection : Pénétration dans un organisme d’un agent étranger (bactérie, virus,
champignon, parasite) capable de s’y multiplier et de provoquer un état
pathologique, avec ou sans manifestations cliniques. Une infection peut
s’accompagner de signes cliniques tels que fièvre, douleurs, toux, diarrhée. Dans ce
cas, elle est dite symptomatique. Voir aussi à Primo-infection.
Infections opportunistes : Ensemble de maladies pouvant apparaître chez les
personnes dont les défenses immunitaires sont quasi-inexistantes. Citons la
toxoplasmose, certaines mycoses, la tuberculose.

Infergen® : C’est un interféron produit par la firme Chiesi SA.
Voir aussi à Interféron.

Inhibiteurs d’entrée : Molécules capables d’empêcher l’attachement du virus à
la membrane cellulaire au niveau de certains récepteurs, puis de fusionner et de
pénétrer dans la cellule.

Inhibiteurs d’intégrase : Nouvelle classe thérapeutique capable d’inhiber une
enzyme spécifique appelée intégrase et nécessaire à sa réplication. Cette molécule3
agit sur une cible différente des autres médicaments antirétroviraux actuellement
disponibles. Voir aussi à Intégrase.

Inhibiteurs de la protéase : Antiviraux ayant pour cible un enzyme qui
participe à la synthèse des protéines virales à l’intérieur de la cellule. Lorsque celleci
est bloquée, les nouveaux virus produits sont défectueux et ne peuvent plus
infecter de nouvelles cellules.

Inflammation : Réaction locale à une agression. En cas d’hépatite, l’inflammation
se traduit par une infiltration de cellule (lymphocytes) dans les espaces portes et à
l’intérieur des lobules.

Insuffisance hépatique ou hépatocellulaire : Ensemble des manifestations
cliniques et biologiques liées à la diminution de l’activité des hépatocytes. Cette
insuffisance peut se traduire par une fatigue, un ictère, des manifestations cutanées
et endocriniennes, des syndrômes hémorragiques, des infections diverses et
surtout une encéphalopathie hépatique. Les fonctions de synthèse et d’élimination
du foie peuvent être plus ou moins affectées. La baisse du taux d’albumine dans le
sang et la baisse des facteurs de coagulation synthétisés par le foie (prothrombine
et pro-accélérine) sont proportionnelles au degré d’insuffisance hépatocellulaire.

Insuline : Hormone sécrétée par le pancréas. Son rôle est de réguler la glycémie
(taux de glucose dans le sang). En cas de diabète, une insuline de synthèse, sous
forme de médicament injectable, peut être utilisée. Voir aussi à diabète.

Insulino- résistance : État physiopathologique au cours duquel une
augmentation du taux d’insuline est nécessaire pour maintenir la glycémie à une
valeur normale. Au stade précoce de l’insulino- résistance, les taux d’insuline
augmentent pour compenser la résistance, ce qui permet à la glycémie de rester
normale. Avec le temps, la sécrétion pancréatique peut diminuer, une
hyperglycémie et un diabète peuvent en résulter. L’insulino-résistance fait partie
des anomalies métaboliques constatées chez les personnes atteintes d’hépatites
virales (en cirrhose du foie). Elle est sans doute le phénomène central de ces
anomalies. Voir aussi à diabète.

Intégrase : Enzyme virale, présente dans le VIH, produite par un gène dont le rôle
est d’intégrer l’ADN provenant du virus (proviral) dans l’ADN des chromosomes de
la cellule infectée. Elle constitue une cible potentielle dans le traitement de
l’infection à VIH.

Interaction médicamenteuse : Action réciproque s’exerçant entre deux ou
plusieurs médicaments prescrits simultanément à une personne. Il peut en résulter
des modifications importantes en termes d’efficacité ou d’effets secondaires. La
connaissance des interactions médicamenteuses est un domaine capital de la
pharmacovigilance.

Interféron : Glycoprotéine de défense produite par l’organisme en réponse à une
infection virale. Les interférons utilisés pour le traitement des hépatites chroniques
sont obtenus par recombinaison génétique à partir de gènes d’interférons humains,
les seuls qui soient efficaces chez l’homme.
Il existe plusieurs variétés d’interféron (αβγ). Ils font partie des cytokines. L’activité
antivirale de l’interféron-a a été montrée par plusieurs études. Il4
est utilisé sous forme recombinante dans le traitement de certaines hépatites et de
certains cancers. Pour les hépatites, l’interféron recombinant est commercialisé
actuellement sous deux formes :
Interféron alpha 2a ou Roféron A® commercialisé par la firme Roche.
Interféron alpha 2b Intron A® commercialisé par la firme Schering- Plough.
Pour rester plus longtemps actif dans le sang, il peut alors être pégylé.

Interféron pégylé : Voir Peg-Interféron et Pégylation.

Intron A® : Interféron produit et distribution par le laboratoire Schering – Plough.
Il est administré généralement en monothérapie.

Investigateur : Désigne toute personne (clinicien, virologue, etc.) qui participe à
une recherche médicale suivie, dans le cadre d’un protocole thérapeutique.

IRM : Technique d’imagerie médicale récente, dépourvue de risques, étant d’une
sensibilité inférieure à celle des rayons X, mais beaucoup plus spécifique, permettant
d’obtenir une image visuelle en coupe du corps humain et d’étudier un organe dans
tous les plans de l’espace.

IST : Infection Sexuellement Transmissible.
Nouvelle appellation des MST.
Il s’agit de certaines mycoses à Candida, la syphilis, les infections génitales à
Chlamydia et à Mycoplasme, certains herpès, certains condylomes (verrues). Elles
facilitent la contamination par le VIH ou le VHB.

IV : Intra-Veineuse. Se dit d’une injection faite dans une veine à l’aide d’une aiguille
ou d’un petit cathéter.

 

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z